Poste informatique  
  
Si la "dorsalgie essentielle de la dactylo" était, il y a encore quelques années, une maladie professionnelle quasiment reconnue, elle est actuellement très largement supplantée par les diverses pathologies liées, ou imputées, au travail devant ordinateur : fatigue oculaire, douleurs cervicales et dorsales, tensions musculaires, douleurs d'épaules, névralgies cervico-brachiales, syndrome du canal carpien voire kyste du poignet sans oublier la célèbre tendinite dite "de la souris".

Or, rien de tout ceci ne devrait arriver si quelques règles simples, et de bon sens, d'adaptation du poste de travail étaient respectées. Ce site se voulant avant tout pratique, nous n'allons pas nous contenter de vous dire ce qu'il faut faire, mais nous allons vous l'expliquer, photos à l'appui.

Notre démonstration sera d'autant plus convaincante qu'il s'agit, en l'occurrence, d'un cas concret et d'une authentique patiente, débarrassée, maintenant, de ses manifestations douloureuses persistantes.

Douleur d'épaule, irradiation névralgique dans le bras, l'avant-bras et le poignet, tension douloureuse de la musculature de la nuque et une importante fatigue oculaire de fin de journée ne pouvaient s'expliquer que par une mauvaise position de travail.

Sans grande surprise, nous trouvons l'exemple caricatural de tout ce qu'il ne faut pas faire :

  • un écran réglé trop haut,

  • insuffisamment reculé sur le bureau, il impose une vision de près, fatigante pour les yeux,

  • placés comme ils le sont, clavier et souris interdisent tout appui correct, donc reposant, pour les avant-bras et les poignets qui vont travailler "en suspension".


Les conséquences sont parfaitement visibles sur les deux photos ci-dessous, avant correction du poste de travail.
 

L'écran, trop haut, impose de rejeter la tête en arrière pour voir la partie supérieure de l'affichage, exactement comme si vous étiez au premier rang du cinéma et nous savons tous, par expérience, à quel point c'est pénible !

Cette position, anormale et fatigante pour la région cervicale et sa musculature, sans cesse sous tension, va provoquer des contractures douloureuses, des sensations de brûlures entre les épaules, favoriser les douleurs "d'arthrose" voire, dans les pires cas, une névralgie cervico-brachiale.

Faute d'une surface d'appui suffisante, le bras est littéralement "dans le vide" et en porte à faux, uniquement maintenu par les tensions musculaires de l'épaule, du bras et de l'avant-bras.

La main n'est pas dans un axe normal et on voit clairement, grâce aux ombres, que l'ensemble de la musculature du membre supérieur est crispée.

Le biceps et la musculature de l'épaule sont anatomiquement, et fonctionnellement, très liés. Cette dernière, en s'enflammant avec une facilité déconcertante, vous expose à l'apparition d'une périarthrite d'épaule.

Les muscles de l'avant-bras possèdent des actions multiples, et complexes, sur le poignet et les doigts, mais aussi sur le coude. Leurs tendons trop constamment sollicités seront à l'origine des tendinites si fréquemment rencontrées : tennis elbow, ou en l'occurrence "souris elbow", syndrome du canal carpien, kystes du poignet, etc..

Les règles de base :
  • ..."Au lieu d'apprendre l'ordinateur aux hommes, nous avons appris l'Homme aux ordinateurs" était le slogan publicitaire accompagnant la révolution du premier micro-ordinateur utilisant des fenêtres et une souris.

    Il en est de même pour votre poste de travail informatique, c'est à lui de s'adapter à votre confort et non l'inverse.

    Donc, en tout premier lieu, installez vous "bien et confortablement". La hauteur du fauteuil par rapport au plan de travail et la présence, ou non, d'accoudoirs doivent vous permettre d'écrire ou de lire un document, et ce pendant plusieurs minutes, sans ressentir de tensions musculaires ni la moindre sensation d'inconfort.

    Sachez que ce vous ressentirez, au terme de ces quelques minutes, n'ira pas en s'arrangeant au fil de la journée, bien au contraire !

  • Ce n'est qu'après avoir trouvé cette "position idéale" que vous pourrez disposer le clavier et la souris. S'organisant autour d'une attitude qui vous convient, ils vont, tout naturellement, trouver leur juste place : bonne distance du bord du bureau pour que les bras ne soient pas dans le vide et, la souris, comme dans l'axe de couverts imaginaires.

  • L'écran est, de très loin, l'élément le plus important pour votre confort. Sa qualité compte, bien sûr, mais son réglage en hauteur, sa taille et son éloignement sont des paramètres fondamentaux et incontournables :

    • 1) la partie supérieure de l'écran doit, impérativement, être au niveau des yeux ou un peu plus bas pour éviter les douleurs cervicales et les tensions douloureuses des trapèzes et des muscles de la nuque.

    • 2) il doit être le plus loin possible de vos yeux, en fonction de la place disponible sur le bureau, afin d'éviter la fatigue oculaire liée à des efforts d'accommodation incessants et d'autant plus "pointus" que vous en êtes proche. Les amateurs de macrophotographie comprendront...

    • 3) il doit être le plus grand possible, mais pas trop non plus car, en exagérant sa taille, il sera trop grand pour pouvoir respecter l'impératif numéro 1. Attention, donc, aux proportions de l'écran car le chiffre communiqué est une diagonale : un 20 pouces en 16/9 ou un 20 pouces en 4/3 ne donnera pas du tout, et de loin, la même hauteur et c'est elle qui compte.

    • Bref, un ensemble de compromis à trouver autour d'une constante : son réglage, en hauteur, vous permettant de le "dominer" du regard.

  • La souris doit, tout simplement, vous convenir sans en attendre autre chose que ce qu'elle est censée vous procurer : un déplacement précis et sans effort du poignet ni du doigt lors du "double clic".

  • Dans le panneau de configuration de votre machine, agissez sur les paramètres de la souris afin de pouvoir balayer l'ensemble de l'écran pratiquement sans avoir besoin de déplacer la main.

  • Si votre bureau possède ce fameux "retour" sur lequel sont disposés les divers éléments informatiques, vous devez pouvoir disposer d'un fauteuil pivotant, et l'utiliser comme tel, afin de ne pas vous contorsionner sans cesse en passant d'une tâche à une autre. Vous éviterez bien des problèmes de douleurs lombaires.

  • Le tapis de souris doit permettre un glissement fluide et sans irrégularité donc, de temps en temps, nettoyez-le, vous serez surpris du résultat.

La mise en application :
 


Nous n'avons rien fait d'autre qu'appliquer l'ensemble des conseils proposés, l'écran a été baissé, reculé au maximum, le clavier et la souris placés plus loin du bord du bureau et, comme vous pouvez le constater, la position de travail est très différente :

  • les yeux sont, maintenant, à la hauteur du haut de l'écran,
  • les positions de la tête et du cou sont, immédiatement, devenues plus normales et confortables,
  • les tensions musculaires sont bien moins présentes,
  • le poignet et la main sont, visiblement, dans un axe plus correct,
  • nous avons nettoyé un tapis de souris, plutôt, négligé,

  • et notre Patiente n'avait plus mal quarante-huit heures plus tard !
Si vous portez des lunettes et que, malgré une disposition correcte du poste de travail, certaines douleurs persistent au niveau de la nuque et du haut du dos, vérifiez qu'elles sont adaptées à votre vue et qu'elles ne vous imposent pas de rejeter la tête en arrière, même légèrement, pour regarder par le bas des verres.

(c) 2005 - 2007 epocrat.com