La musculation  
  
C'EST FAUX, ARCHI FAUX !

Malgré ce qui est dit et répété, il faut retenir que sauf en cas de pathologies musculaires ou neurologiques réelles, ou après une longue immobilisation à la suite d'un traumatisme ou d'une intervention, on n'est absolument jamais "dé musclé" ou bien "pas assez musclé", c'est une vue de l'esprit.

On a la force nécessaire et suffisante à son activité musculaire moyenne à laquelle s'ajoute une réserve estimée à 15 pour cent qui permet de faire face à un "coup de collier".

Autrement dit, on a la force que l'on mérite et, en tout état de cause, jamais moins ni plus, d'ailleurs. A ce titre, et pour conséquence capitale, il n'y a jamais d'acquis et cela aussi, il est bon de le savoir.

Tel patient qui, obéissant aux bons conseils, sera un pilier des salles de gymnastique verra sa musculature se développer, c'est évident, mais seulement tant qu'il s'adonne à son effort, tant que son activité "moyenne" est celle-ci.

Dès qu'il s'arrêtera, cette musculature supplémentaire sera perdue en quelques dizaines de jours, puisqu'elle est devenue inutilisée ou "superflue".

D'autre part, il est bon de rappeler que pour renforcer un muscle, vous allez effectuer des mouvements avec des poids, des haltères, etc... Or, à l'occasion de ces efforts, vous augmentez automatiquement les contraintes et les pressions de la, ou des, articulations concernées par ce mouvement, ce qui est formellement contre-indiqué dans le cas d'une atteinte articulaire, qu'elle soit aiguë ou chronique.

(c) 2005 - 2007 epocrat.com